Aventuriers malgré eux T2 – C. Alexander London

aventuriersmalgreeux2Aventuriers malgré eux T2 : Un lézard, deux lamas, trop de cannibales, C. Alexander London

Éd. Les Grandes Personnes

336 p.

★★★★

Ne pas lire la chronique si vous n’avez pas lu le premier tome ! Il contient un tout petit spoiler !

À force de repousser sans cesse l’écriture de mes chroniques, j’en reviens à les faire de mémoire… avec un vague souvenir de l’histoire !

À la fin du premier tome des aventures des deux jeunes TV-addict, Célia et Oliver sont condamnés à passer toutes leurs prochaines vacances avec Sir Edmund, leur ennemi juré. Pour un tel sacrifice, leur père leur promet l’accès à toutes les chaînes télévisées grâce au câble.

Mais après certains événements, les jumeaux se voient obligés de repartir à l’aventure. Accompagnés cette fois-ci, et pas par n’importe qui ! Le célèbre Corey Brandt, qui n’est autre que leur idole. Moments drôles garantis ! Ils vont, encore, devoir sauver des personnes, défier des pièges et résoudre un grand mystère !

Ce deuxième volume est tout aussi génial et drôle que le précédent. Dans le premier tome, les jumeaux devaient se débrouiller en utilisant les connaissances acquises grâce aux émissions télévisées. En attaquant, ce roman-ci, j’avais peur que l’idée ne soit répétée. Ici, l’auteur ajoute un bonus : l’arrivée de la star Corey Brandt ! J’avais vraiment hâte de voir l’attitude de Célia et d’Oliver à côté de lui et ça promettait de très bons moments. Aussi, les péripéties s’enchaînent et ne manquent pas.

Toujours égaux à eux-mêmes, les deux héros rechignent à quitter leur confortable canapé. Mais face à l’urgence et aux dangers, ils sont pleins de ressources. Mais être habile ou ingénieux ne les intéresse pas pour un sou, seul importe la télévision ! Je dois vous dire que j’adore ces personnages, parce que j’ai toujours eu un faible pour les anti-héros.

J’ai beaucoup ri en lisant ce tome et j’ai hâte de lire la suite (qui m’attend chaudement dans ma bibliothèque !)

 

La Prophétie de Nostradamus – Theresa Breslin

prophetiedenostradamus_breslinLa Prophétie de Nostradamus, Theresa Breslin

Éd. Milan

441 p.

★★★

La religion est un sujet qui m’a toujours fasciné et cet intérêt s’est renforcé lorsque j’ai regardé le film Agora d’Alejandro Amenábar. Si vous ne connaissez pas cette œuvre cinématographique, il s’agit de l’histoire d’Hypatie, philosophe et mathématicienne, durant les premières guerres de religion entre les polythéistes et les monothéistes. C’est un de mes films préférés que je vous recommande absolument ! Alors, quand j’ai vu qu’il était aussi question de religion dans le roman, je me suis dit pourquoi pas. Surtout que j’adore les récits historiques ! Et ici, bien entendu, les conflits concernent catholiques et protestants au XVIe siècle.

Même si La Prophétie de Nostradamus a été le premier livre lu (en entier !) après un désert littéraire, il n’en est pas moins une petite déception. Il n’y a pas beaucoup d’action mais j’ai beaucoup aimé l’univers, que je n’ai eu aucun mal à me représenter. C’est bien cela qui m’a fait accrocher jusqu’à la fin.

L’histoire se déroule en France, au XVIe siècle. Mélisande, fille de ménestrel, tentera de sauver son père emprisonné grâce à l’aide du célèbre Nostradamus. Mais avec ses visions, celui-ci a un tout autre objectif pour la jeune personne : sauver le roi et la France.

Pour une lecture jeunesse, j’ai trouvé qu’il était un peu difficile de saisir le contexte et il faut avoir quelques notions pour bien appréhender l’histoire. En revanche, le roman a eu le mérite d’attiser ma curiosité sur Catherine de Médicis et Nostradamus. Et quelle coïncidence lorsque j’ai commencé à regarder la série Reign de Stephanie Sengtupa où ils y sont également !

Je n’ai pas grand-chose à dire sur le personnage de Mélisande, que je n’ai pas vraiment trouvée attachante ni détestable. Elle se bat pour retrouver une personne qu’elle aime et ce, sans porter une attention particulière à ceux qui l’entourent. Cela m’a agacé au plus haut point ! Certains personnages secondaires sont attachants et ce doivent bien être les seuls… Aussi, l’auteure a tenté d’insérer une histoire d’amour mais qui n’est pas du tout crédible selon moi. Un échec total.

Malheureusement, les 2/3 du roman traînent en longueur. Il ne s’y passe pas grand-chose d’extraordinaire… jusqu’à la dernière partie qui a le mérite d’avoir des rebondissements. Mais encore, tout cela s’enchaîne trop rapidement de façon à ressentir une fin bâclée et vite expédiée.

Les 5 derniers livres que j’ai abandonnés… #1

Je profite de ce jour férié pour vous écrire un nouvel article. Depuis quelques semaines, le temps m’avait manqué, tout comme l’envie de poster des articles. J’ai cumulé pas mal de retard sur les romans que j’ai lus au mois de septembre, il me semble… Je vais quand même essayer de me rattraper avec quelques avis par-ci par-là mais je ne pense pas en écrire pour toutes mes lectures.

Depuis, mes lectures ont été désastreuses ! Mais je ne parle qu’en termes de romans car avec le boulot, je me suis gavée de bandes dessinées. Voilà une des raisons pour lesquelles j’ai déserté la blogosphère. L’envie de lire et de découvrir de nouveaux titres ne m’avaient pas du tout quitté, loin de là. J’ai été curieuse, je suis allée trouver par moi-même des romans différents de ce que j’ai l’habitude de lire et qui étaient intéressants, à savoir des bouquins pour adultes. J’en attendais tellement de ces lectures que j’en ai été franchement déçue. Le comble ! Puisque j’en avais ras-le-bol, je me suis tournée vers d’autres occupations comme les séries, la cuisine ou même le shopping (activité on ne peut plus cérébrale).

Pour en revenir à notre sujet principal, j’ai décidé de vous présenter les 5 derniers livres que j’ai abandonnés ! Qui sait, peut-être trouverez-vous votre bonheur parmi ceux-ci ! 😉

Testamentdesabeilles

« L’année 1 du deuxième millénaire, l’enfant éclairé de réponses Croisera l’ombre, en une folie meurtrière… »
Testament du Moine aux abeilles

Cette sombre prédiction a-t-elle un lien avec la vague de morts étranges qui terrorise Paris ? Tueries imprévisibles, décès inexplicables…, dans tous les cas, une terrible certitude : seize enfants parmi les victimes.
Les seules pistes qui s’offrent aux enquêteurs déroutés sont le dessin d’une fleur de lotus et les écrits hallucinés d’un inconnu qui prétend s’exprimer au nom des abeilles.

Le rythme est assez lent et on ne s’attache pas du tout aux personnages. Malgré une thématique intéressante, celle de l’environnement, on ne peut pas dire qu’il tient en haleine J’ai eu l’impression de rester en dehors de l’histoire.

HerculeBarfuss

Dès sa naissance, une nuit de 1813 dans une maison close de Königsberg, le corps difforme d’Hercule Barfuss suscite l’horreur chez tous ceux qui le voient. Nain monstrueux, sourd de surcroît, Hercule a toutefois un talent singulier : celui de lire dans les pensées. Ce don de télépathie lui vaudra un destin marqué par le drame, peuplé d’ennemis, alors que le héros court le monde à la recherche de sa bien-aimée, la douce Henriette Vogel, née la même nuit dans le même bordel.
Les aventures fantastiques de Hercule Barfuss transporte le lecteur dans une bouleversante histoire d’amour à travers l’Europe du XIXe siècle, théâtre d’injustices sociales, de corruption et de persécutions religieuses.

Le prologue était très prometteur, j’engloutissais les mots uns à uns tellement c’était bien écrit… Il nous plongeait dans le monde des sourds, ce qui était passionnant. Mais mon ressenti a changé dès le premier chapitre et je n’ai pas réussi à aller plus loin. Dommage. En revanche, ma colocataire a bien apprécié le roman !

etleshommessontvenus

Pour sauver leur mariage, Sarah et Andrew partent en voyage au Nigeria. Mais sur une plage, un événement va faire basculer leur vie : la rencontre d’une Nigérienne de seize ans, Petite Abeille, qui tente de fuir avec sa soeur les hommes qui ont décimé leur village. Deux années plus tard, Petite Abeille, réfugiée clandestinement à Londres, vient habiter chez Sarah. L’une tente d’échapper aux terreurs du passé, l’autre essaye de reconstruire une vie qui a volé en éclats depuis le suicide de son mari. Mêlant humour et désespoir, Chris Cleave nous parle ici du dilemme de la compassion, pris entre la tentation de l’égoïsme et celle du sacrifice au nom de la liberté.

Je ne trouve pas vraiment de défaut au roman. Je pense que je ne l’ai tout simplement pas ouvert au bon moment.

sepulcre

Octobre 1891 : la jeune Léonie Vernier et son frère quittent Paris pour le Domaine de la Cade, à quelques kilomètres de Carcassonne. Dans les bois qui entourent la maison isolée, Léonie tombe sur les vestiges d’un sépulcre wisigoth. Un mystère sans âge s’ouvre à elle, dont les traces sont écrites dans le sang. Tandis qu’elle pénètre peu à peu dans les strates du passé, elle découvre l’existence d’un jeu de tarot unique, dont on dit qu’il détient le pouvoir de vie et de mort.

Octobre 2007 : Meredith Martin arpente la région de Carcassonne sur les traces de Debussy, afin d’écrire sa biographie. Mais elle cherche aussi la clef de ses propres origines. Armée d’une partition à la mélodie entêtante et d’une photo jaunie, elle est plongée malgré elle dans un mystère remontant à plus d’un siècle, où le destin d’une jeune fille disparue par une nuit funeste se mêle à une tragique histoire d’amour, poursuivie par la folie vengeresse.

J’avais envie de me plonger dans un récit historique et celui-là semblait prometteur. Et qui parle en plus de jeu de tarots ! C’est un peu compliqué à comprendre lorsqu’on n’en a jamais vu. J’ai presque perdu mon sang-froid lorsque j’étais arrivée à un passage sur un tirage de cartes !

On voyage entre deux époques, dans la vie de deux jeunes femmes. Même si j’ai beaucoup apprécié les personnages entiers et très bien décrits, j’ai abandonné au bout d’une centaine de pages… sur plus de 600 pages, je dois dire que je n’ai pas été patiente. D’autant plus que le style de l’auteure ne m’a absolument pas captivée.

lecercledesconfidentes

Elles sont cinq. Cinq jeunes femmes aux talents extraordinaires. Cinq espionnes de la reine Elisabeth 1re d’Angleterre. Elles sont ses yeux, ses oreilles. Chacune est unique. Voici l’histoire de la première d’entre elles, Lady Megan…

Après toutes ces lectures adultes, j’étais contente de lire un roman plus jeunesse ! Pour le coup, je me suis dit qu’il y aurait sans doute beaucoup d’action et de péripéties… Que nenni ! Au bout de 100 pages (moi et mes 100 pages maudites), j’avais peut-être une idée sur où l’auteur voulait en venir. Et si je n’avais pas tort, alors l’intrigue n’a aucun intérêt.

Le Cercle des confidentes est un roman historique, certes, mais quelques explications auraient été les bienvenues… Je pense à l’opposition entre catholiques et protestants ou encore le lien entre l’Angleterre et l’Espagne… J’ai bien cru que j’allais m’arracher les cheveux par moments !