La Prophétie de Nostradamus – Theresa Breslin

prophetiedenostradamus_breslinLa Prophétie de Nostradamus, Theresa Breslin

Éd. Milan

441 p.

★★★

La religion est un sujet qui m’a toujours fasciné et cet intérêt s’est renforcé lorsque j’ai regardé le film Agora d’Alejandro Amenábar. Si vous ne connaissez pas cette œuvre cinématographique, il s’agit de l’histoire d’Hypatie, philosophe et mathématicienne, durant les premières guerres de religion entre les polythéistes et les monothéistes. C’est un de mes films préférés que je vous recommande absolument ! Alors, quand j’ai vu qu’il était aussi question de religion dans le roman, je me suis dit pourquoi pas. Surtout que j’adore les récits historiques ! Et ici, bien entendu, les conflits concernent catholiques et protestants au XVIe siècle.

Même si La Prophétie de Nostradamus a été le premier livre lu (en entier !) après un désert littéraire, il n’en est pas moins une petite déception. Il n’y a pas beaucoup d’action mais j’ai beaucoup aimé l’univers, que je n’ai eu aucun mal à me représenter. C’est bien cela qui m’a fait accrocher jusqu’à la fin.

L’histoire se déroule en France, au XVIe siècle. Mélisande, fille de ménestrel, tentera de sauver son père emprisonné grâce à l’aide du célèbre Nostradamus. Mais avec ses visions, celui-ci a un tout autre objectif pour la jeune personne : sauver le roi et la France.

Pour une lecture jeunesse, j’ai trouvé qu’il était un peu difficile de saisir le contexte et il faut avoir quelques notions pour bien appréhender l’histoire. En revanche, le roman a eu le mérite d’attiser ma curiosité sur Catherine de Médicis et Nostradamus. Et quelle coïncidence lorsque j’ai commencé à regarder la série Reign de Stephanie Sengtupa où ils y sont également !

Je n’ai pas grand-chose à dire sur le personnage de Mélisande, que je n’ai pas vraiment trouvée attachante ni détestable. Elle se bat pour retrouver une personne qu’elle aime et ce, sans porter une attention particulière à ceux qui l’entourent. Cela m’a agacé au plus haut point ! Certains personnages secondaires sont attachants et ce doivent bien être les seuls… Aussi, l’auteure a tenté d’insérer une histoire d’amour mais qui n’est pas du tout crédible selon moi. Un échec total.

Malheureusement, les 2/3 du roman traînent en longueur. Il ne s’y passe pas grand-chose d’extraordinaire… jusqu’à la dernière partie qui a le mérite d’avoir des rebondissements. Mais encore, tout cela s’enchaîne trop rapidement de façon à ressentir une fin bâclée et vite expédiée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s