« La maison de soie », enquête sur une organisation secrète – Anthony Horowitz

lamaisondesoieLa maison de soie, Anthony Horowitz

Éd. Hachette

359 p.

Une nouvelle enquête indédite de Sherlock Holmes, scellée dans un coffre pendant cent ans. Un manuscrit trop compromettant pour être dévoilé plus tôt.
Londres, novembre 1890.
Edmond Carstairs craint pour sa vie. Faute de preuves, Holmes suspend ses recherches. Le lendemain, ce n’est pas d’un meurtre, mais d’un vol dont Carstairs est la victime. Holmes l’avait prévu. Ce qu’il ne pouvait imaginer en revanche, c’est qu’à mesure qu’il plongerait dans cette enquête, Londres lui révélerait son visage le plus sordide…
La partie reprend. Et cette fois, Holmes et Watson n’en sortiront pas indemnes

Et voilà un livre qui vient de sortir de ma pile à lire ! Cela faisait plusieurs mois qu’il attendait d’être lu. Puis finalement, c’est la lecture de Wiggins et la nuit de l’éclipse de Béatrice Nicodème qui m’a poussée à me lancer dedans. Autant dire que je suis dans une période où j’ai envie de découvrir les aventures de Sherlock Holmes et de vivre des enquêtes policières !

Je n’ai jusqu’ici jamais lu un roman écrit par Sir Arthur Conan Doyle et ce n’est pas faute d’avoir essayé ! La vallée de la peur est dans ma bibliothèque. Peut-être n’étais-je pas dans l’ambiance détective car je n’ai pas réussi à le finir. Du coup je n’ai aucun moyen de comparer avec les oeuvres originales !

Ceci dit, je me suis vraiment régalée en lisant ce pastiche holmésien ! Là-dedans, le temps a passé et Sherlock Holmes n’est plus tandis que son acolyte John Watson nous livre une de leurs enquêtes avec parfois une pointe de nostalgie. Pas n’importe laquelle : la plus mystérieuse et dangereuse qui ait été. Un récit très bien mené et ficelé. Le mystère ne manque pas et c’est qui fait évidemment tout l’intérêt du roman : impossible de décrocher de l’histoire !

Il s’agit au début d’une simple affaire de cambriolage dans la demeure des Carstairs. Mais de fil en aiguille, des événements se succèdent et l’affaire se corse ! Sherlock Holmes et John Watson ne se retrouvent non pas avec un mystère à élucider mais bien plusieurs ! Ainsi l’intrigue se complexifie de plus en plus… Autant de zones sombres et qui à ma grande surprise, n’ont aucun lien entre elles ! Le grand détective sera t-il en mesure de découvrir l’horrible vérité ? J’ai vraiment adoré cet aspect du roman : le fait qu’il y ait autant de mystères à résoudre. La seule chose qu’on souhaite c’est connaître le dénouement !

Et une petite surprise dans le récit : j’ai retrouvé le personnage de Wiggins ! Accompagné d’une bande de gamins. Comme dans les romans d’Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes fait parfois appel à ses garçons pour prendre des suspects en filature (je le sais car j’ai commencé ma lecture d’Une étude en rouge). J’ai trouvé ça drôle qu’Anthony Horowitz ait choisi de l’introduire dans son histoire et on voit qu’il a voulu recréer l’univers du détective le plus fidèlement possible. On retrouve ainsi Sherlock Holmes et sa personnalité hors du commun et la patience remarquable du docteur Watson . Quant aux autres personnages sont hauts en couleurs mais quand même attachants !

Je pense pouvoir dire que l’auteur a su me plonger dans l’ambiance « Sherlock Holmes » avec le Londres grisonnant rempli de malfrats et de complots. On s’y croirait presque !

Même si ce livre n’est pas un coup de coeur, je l’ai tout de même englouti sans oublier de passer par la case dégustation ! Un roman captivant truffé de mystères, de rebondissements et de surprises ! En plus de ça, le dénouement est très inattendu ! Encore un bon point ! Une lecture que je conseille à tous les amateurs de policiers ou de Sherlock Holmes !

Je regrette de n’avoir pas lu ce livre plus tôt mais je suis quand même très contente de l’avoir ouvert !

muti2copie

« Desolation road », en cavale, en road trip mais toujours la tête dans les étoiles (Jérôme Noirez)

Desolation road, Jérôme Noirez

Éd. Gulf Stream Editeur

188 p.

Coupdecoeur

« CALIFORNIE, 1930. Dans le quartier des femmes de la prison de San Quentin, une jeune fille de dix-sept ans attend le jour de son exécution. Elle s’appelle June, a une bouille d’ange, parle avec maladresse et timidité. Elle raconte ce qui l’a menée là, sur la Desolation Road, la route de la désolation qu’on emprunte un jour et qu’on ne peut plus jamais quitter: une passion absolue, déchirante, pour un garçon nommé David, une histoire d’amour ponctuée par le vol, le kidnapping et le meurtre à travers la Californie de la Grande Dépression, en compagnie des parias, des criminels et des fantômes. Quand le journaliste venu l’interviewer demande à June ce qu’est l’amour à ses yeux, elle répond: « De la poussière et des étoiles, monsieur. » Le long de la Desolation Road, il n’y a rien d’autre à contempler. »

Résumé:

Gayle Hudson, un journaliste, s’apprête à interviewer une jeune fille dont l’exécution est proche. Elle s’appelle June Madero, elle a 17 ans et dit ne plus se soucier de la vie puisque David, l’homme de sa vie, est mort. Lors de cette entrevue, elle débute par le commencement: son enfance sereine avec ses parents, son déménagement chez sa tante et son oncle à la mort de son père. Certains événements qui s’y sont déroulés ont amené June à détester cet endroit ainsi que les personnes qui s’y trouvaient. Sauf un. Celui qui lui permettait d’oublier tous ces malheurs.
Mais lors d’un terrible accident, June et David décident de quitter leur ville: ils vont donc partir, chercher un travail et vivre leur vie ensemble. Seulement tout ne se passe comme prévu, les temps sont rudes et il est bien difficile de gagner sa vie… Alors les deux jeunes vont choisir une autre voie malgré eux…

Mon avis:

Ce roman est un véritable coup de cœur: j’ai beaucoup adoré la plume de l’auteur, fluide, sans artifices et sans fioritures. Le récit est partagé entre deux personnes, celui de Gayle le journaliste et celui de June. Le roman est très bien rythmé, entre passages de suspense, d’action et d’amour. Je ne me suis pas du tout ennuyée! Les descriptions des routes désertes américaines sont réalistes et d’une beauté malgré une certaine tristesse.

Même si June et David sont des criminels, ils restent toutefois des personnages attachants: ce sont juste des jeunes à qui la vie n’a pas vraiment réussi, si ce n’est qu’en amour. Puisqu’ils n’ont pas pu trouver de travail, ils seront obligés de trouver autre chose. Dans ce roman, ils vont nous prouver que l’amour est plus fort que tout et que les épreuves les plus difficiles ne font que renforcer un couple. Tout au long du livre, ils vont se soutenir et s’aimer encore plus malgré les coups durs.

Ce que j’ai trouvé le plus étonnant, c’est qu’un auteur masculin ait su retranscrire les émotions d’une jeune fille avec tant de simplicité sans niaiserie. Lorsqu’elle nous raconte sa première rencontre avec David, on arrive à se mettre à sa place, ressentir ses émotions. Mais attention, June n’est pas une fillette fragile: avec le temps elle se révèlera mature et courageuse.

Je ressors chamboulée de cette lecture tellement elle m’a émue… Dommage que le livre ne soit pas plus long!

muti2copie