« Les Écriveurs T1 » et si quelqu’un écrivait votre vie… ? – Frédéric Mars

les-écriveurs-tome-1Les Écriveurs T1 : La Cité lumineuse, Frédéric Mars

Éd. J’ai lu (Baam !)

340 p.

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ce cadeau ou cette place d’honneur qui vous semblaient destinés ont atterri dans les mains d’un autre que vous ? Pourquoi des obstacles de dernière minute se dressaient sur votre route alors que rien ne semblait s’opposer à votre succès ? Pourquoi le bus que vous deviez prendre partait sans vous à quelques secondes près ?
Vous invoquez le sort, la malchance, la fatalité ? Vous pensez que c’est comme ça et qu’on n’y peut rien ?
Mais bientôt, dans quelques instants, VOUS SAUREZ. Ma vie et la vôtre, que vous le vouliez ou non, sont dorénavant liées à jamais…
Pourquoi ça ?
Oh c’est très simple. Ça se résume même en une phrase : Votre vie, c’est moi qui l’écris !

J’ai découvert ce livre au moment où je reprenais petit à petit goût à la lecture. J’avais envie de me plonger dans un autre monde et commencer une saga par la même occasion. J’ai alors découvert ce roman sur le site des Éditions Baam ! et où j’ai pu télécharger le premier chapitre gratuitement. J’avais donc beaucoup aimé le début assez original et l’héroïne très drôle. Et la suite vous la connaissez, je me suis achetée ce tome afin d’en savoir plus.

L’intrigue est très originale puisqu’elle met en scène une communauté cachée d’une île reculée, celle des Écriveurs. Ces personnes ont à leur charge plusieurs individus et doivent commander les actions de leurs Écrits. Et oui, chaque personne n’agit pas de son libre arbitre !

Dans ce roman, il s’agit de Lara Scott qui découvre sa véritable identité : elle est Écriveur et Écrit. Elle va ainsi entrer dans un nouvel univers et comprendre les mécanismes du métier. On la suit donc dans dans son intégration et son apprentissage, qui prennent une bonne partie du livre à tel point que ça en devient un peu trop calme. Et j’ai trouvé ça dommage. Quelques rebondissements viennent ponctuer le récit comme le petit groupe anglais qui soupçonne l’existence des Écriveurs et la recherche de la cause du décès de la mère de Lara. Ainsi, il ne se passe pas grand chose pendant les 2/3 du roman, jusqu’à l’apparition du fameux méchant qui va avoir sa place jusqu’à la fin. Il est à la recherche de quelque chose mais on ne sait toujours pas pour quelle raison. J’ai par ailleurs remarqué que ce qu’il s’était passé au tout début du roman n’est pas expliqué.

Même si le concept est très intéressant et original, je trouve ça complexe (dès lors qu’on se pose un peu trop de questions  comme moi !). Puisque l’un n’empêche pas l’autre et qu’un Écriveur peut aussi être un Écrit, alors si j’ai bien compris un Écriveur est à l’origine des décisions prises d’un autre Écriveur sur son Écrit ? En gros, c’est un cercle infini !

Il y a donc encore beaucoup de zones sombres que je n’ai pas saisies. Beaucoup d’interrogations restent en suspens.

C’est un peu le même effet que j’ai avec les personnages. Même si je les ai trouvé sympathiques, ils n’ont pas été creusés et on reste à la surface. Du coup, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher aux personnages. C’est dommage parce que certains sont très drôles et gentils.

Le style d’écriture de l’auteur est très agréable à lire et il y a beaucoup de notes d’humour.

J’ai passé un bon moment malgré le fait que je sorte un peu déçue de cette lecture.

★★★

« L’Assassin royal T1 », l’apprentissage d’un futur assassin – Robin Hobb

apprentiassassinL’Assassin royal T1 : L’Apprenti assassin, Robin Hobb

Éd. J’ai lu (Baam !)

670 p.

Lorsque le jeune Fitz est conduit à la cour des Six-Duchés, il ne sait pas encore que sa vie – et celle du royaume tout entier – va s’en trouver bouleversée. Le roi-servant Chevalerie, père de cet enfant illégitime, devra renoncer au trône pour ne pas entacher la réputation de la famille royale… Et nombreux sont les prétendants à la succession…
Fitz se retrouve isolé au centre d’un univers qu’il ne connaît pas. En quoi le Vif, cette étrange magie qu’il découvre et qui lui permet de communiquer avec les animaux, est-elle si dangereuse ? Et pour quelle raison le roi Subtil fait-il appel à lui pour enseigner une forme étrange de diplomatie : l’art de tuer ?
Poisons, magies et lames effilées vont bien vite devenir le quotidien du jeune bâtard princier…

Voilà le premier tome d’une longue saga, composée de 13 tomes au total ! J’espère en venir à bout même si ce n’est pas gagné… ! Et pour cause, l’épaisseur de chaque volume fait un peu peur.

J’en aurai mis du temps à finir ce livre ! Ça faisait presque 2 mois que je le traînais. Soit je n’avais pas du tout le temps, soit je n’avais aucune envie de plonger dedans. Et puis quelle longueur ! J’avais l’impression que c’était interminable ! Alors je dois avouer que parfois je m’y remettais pour avancer et passer à autre chose. Malgré cela, j’ai passé de bons moments.

Dans un territoire où ses habitants portent le nom d’une qualité qui lui est propre, Fitz (qui signifie « bâtard ») entre dans la cour des Six-Duchés. Il n’est pas qu’un simple personnage mais bien le fils illégitime du prince Chevalerie. Élément indésirable, il va devoir gagner sa place envers et contre tous. Et si on l’a accepté au sein de ce nouveau monde, c’est pour une seule raison : en faire l’assassin du roi…

On suit ainsi l’apprentissage de Fitz dans l’art de tuer, qui ne représente en fait qu’une partie du roman. Il s’y passe également beaucoup de choses, ce qui serait trop long à raconter. Et le plaisir de la découverte se verrait gâché. L’histoire est assez complexe mais dans le bon sens du terme : Robin Hobb a créé un univers unique. Beaucoup de régions différentes ayant leurs propres caractéristiques que ce soit au niveau géographique ou culturel, beaucoup de personnages et encore des éléments plus ou moins importants comme la botanique qui est très présente dans le roman.

C’est un univers riche qui nous transporte ailleurs. J’ai beaucoup apprécié le côté imaginatif de Robin Hobb. Elle nous décrit parfaitement les paysages. Malgré quelques passages longs, je me suis régalée ! J’ai adoré son écriture et je n’ai eu aucun mal à m’imprégner de l’histoire. Après avoir reposé le livre, je peux vous dire que je me souviens de tous les personnages de ce tome, si nombreux soient-ils.

En parlant de personnages, j’aime beaucoup Fitz même si je trouve que l’auteure lui fait vivre des atrocités. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour lui, pour la solitude et le rejet dont il souffre. Par contre, cela ne l’empêche pas d’être un héros très attachant, compréhensif et courageux. Les éléments secondaires sont tout aussi attachants ou détestables et ce sont des personnages hauts en couleurs, avec leurs défauts et leurs qualités !

Pour finir, le dénouement de ce premier tome m’a laissée sur ma faim et j’ai hâte de lire la suite. Après un début très plaisant, quelques passages longuets, la chute a été le passage qui m’a le plus captivée : je l’ai dévoré !

★★★★