{petit avis} L’Enfer, c’est à quel étage ? – Serge Brussolo

L’Enfer, c’est à quel étage ?, Serge Brussolo

Éd. du Masque

252 p.

★★★

J’ai lu ce roman il y a un petit moment maintenant. Je m’étais lancée après avoir eu de bons échos sur les talents d’écriture de Serge Brussolo. Un certain don pour créer des univers oniriques, tout à fait surprenants…

Jeanne se rend dans la demeure d’un sculpteur, Van Karkesh, pour poser en tant que modèle nu. Malgré l’atmosphère dérangeante qui émane de la bâtisse, la jeune femme ne peut s’empêcher d’y revenir. La maison recèle bien des secrets lugubres car à chaque fois que Jeanne a le malheur de s’endormir, elle se réveille avec des blessures inexpliquées.

J’ai eu une certaine réticence à lire ce livre car je ne lis jamais d’histoires d’horreur. Pour la simple et bonne raison que j’ai toujours eu peur que le récit ne m’atteigne trop, au même titre que les films d’horreur que je tiens éloigné le plus possible de moi. Je tiens quand même à dormir sur mes deux oreilles, merci bien ! Mais parce que j’ai voulu changer de registre pour une fois, et parce que j’ai eu de bons échos sur les romans de Serge Brussolo, je me suis dit pourquoi pas essayer. Autant dire que j’ai été un peu déçue.

J’ai trouvé que le roman en lui-même était trop rapide. On entre trop vite dans le vif du sujet et surtout je n’ai pas eu le temps d’imaginer des choses, de laisser le suspense m’envahir. J’ai eu le même ressenti pour les personnages, c’est-à-dire que j’ai eu l’impression de les survoler.

Malgré tout, j’ai trouvé que l’histoire était originale et bien pensée. Dommage que ce ne soit pas allé plus loin.

L’apprentissage du mal à la « Grande école du mal et de la ruse » (Mark Walden)

Grande école du mal et de la ruse, Mark Walden

Éd. MSK

299 p.

« Arraché en pleine nuit à l’orphelinat de Londres, Otto Malpense, treize ans, se retrouve sur une île inconnue, au coeur d’un volcan. Dirigé par le Dr Néro, ce lieu mystérieux abrite le pensionnat le plus étonnant de tous les temps: la Grande Ecole du Mal et de la Ruse.
Cours de manipulation, d’infamie, de conquête diabolique du monde, le Dr Néro forme l’élite du mal et sait en tirer profit. Le seul problème? Otto déteste être enfermé. Fort de ses cours de vilenie et de tactiques criminelles, il fomente un plan d’évasion. Mais comment tromper les esprits les plus vils de la planète?

Mark Walden signe un roman surprenant, plein d’humour, qui décrit avec originalité et précision les pratiques d’une école pas comme les autres. »

Mon avis:

A la lecture du résumé, j’ai pensé me retrouver avec un roman rempli d’humour noir et une école originale. Cependant, l’auteur n’a pas réellement exploité ces côtés. On rentre vite et dès le début dans l’histoire et la progression est rapide, trop. Ce dernier point est pour moi un bémol car en voulant aller vite, l’auteur n’a décrit qu’une partie de l’école pourtant si originale. J’aurais voulu avoir plus de détails à son propos, des anecdotes sur le quotidien des élèves, leur capacité à faire le mal. Au lieu de cela, on a seulement droit à une journée de cours d’Otto qui commence déjà à avoir marre de cet endroit et qui veut à tout prix s’échapper. Selon moi, il y a beaucoup de choses que l’auteur aurait pu développer et je pense que ça aurait pu rendre le récit plus riche et plus intéressant.
En d’autres termes, c’est un bon roman jeunesse avec de l’humour, de l’action et des personnages attachants et drôles.

muti2copie