Un bon « Poulet aux prunes » (Marjane Satrapi)

poulet aux prunesPoulet aux prunes, Marjane Satrapi

Éd. L’Association

84 p.

On retrouve dans cette bande-dessinée graphique l’histoire d’un des proches de l’auteure. C’est donc l’histoire d’un homme, Nasser Ali, qui cherche un nouveau tar (un instrument de musique) qui doit remplacer celui que sa femme lui a cassé. L’homme n’en trouve aucun qui puisse remplacer son cher instrument. Le désespoir le prend et décide donc de se laisser mourir. On assiste jour après jour à ses derniers instants.

J’ai trouvé que c’était une belle histoire familiale quoique un peu triste. On découvre le passé de Nasser Ali, son premier amour, son épouse qu’il n’aime pas, son frère, ses enfants (on découvre même ce que vont devenir ces derniers). Le récit est bien conté et les dessins sont agréables. Malgré cela, le personnage principal m’a réellement inspirée de l’antipathie: rien que le fait qu’il est un enfant préféré juste parce qu’il lui ressemble m’a semblé stupide. Du début à la fin Nasser Ali est un personnage triste, pas une seule fois il ne sourit. Peut-être est-ce compréhensible vu que la musique était sa vie et il n’a plus son tar. Malgré cela, je n’ai pas réussi à m’attacher à ce personnage.