« Les pies jouent de la castagnette » et une romancière en détresse (Pauline Bonnefoi)

lespiesjouentLes aventures de Saint-Tin et son ami Lou, T11 : Les pies jouent de la castagnette, Pauline Bonnefoi

Éd. Le Léopard Démasqué

146 p.

Les idées révolutionnaires du perroquet semblent avoir influencé les oiseaux : les pies se mettent à attaquer les gens ! Comment les arrêter ? Ceci est un souci parmi tant d’autres car Alba Flore, la romancière belge aux chevilles enflées vient de faire son apparition au Moulin Tsar. Et sans invitation !

Accompagnée de son assistant Valère de Ryen, elle compte finir d’écrire son plus prestigieux et magnifique ouvrage et également écrire une partie sur le capitaine Aiglefin… À son plus grand désarroi ! Mais voilà, lors d’une courte panne de courant quelqu’un en profite pour dérober le précieux manuscrit ! Qui a bien pu donc le prendre ?!

Ce tome se distingue des autres car on a accès à des extraits du manuscrits de l’écrivaine. Plusieurs chapitres sont donc consacrés à chaque rencontre avec tous les personnages : les agents Yin et Yang, le capitaine, Saint-Tin…

On est ainsi plongé dans le passé mais en plus avec un point de vue différent et tout aussi délirant. Celui d’Alba Flore ! Cette dernière est effectivement connue pour son orgueil sans nom. Magnifique, sublime, beauté seraient les adjectifs qui la qualifieraient. On devine et on cerne mieux la personne qu’elle est à travers ses écrits : une femme théâtrale où tout est dans l’exagération.

J’ai trouvé que le roman ne manquait pas d’humour avec ses jeux de mots et les situations ridicules. La personnalité d’Alba Flore y est pour beaucoup : elle est tellement imbue d’elle-même que ça en devient comique. En revanche, j’ai eu l’impression que le roman était inachevé ou qu’il manquait quelque chose. C’est notamment le cas pour le début mais aussi le dénouement. J’en suis restée perplexe…

C’était dans tous les cas une agréable lecture !

« Le secret d’Eulalie Corne » et le mystère des matriochkas… (Gordon Zola)

lesecretdeulaliecorne Les aventures de Saint-Tin et son ami Lou, T9 : Le secret d’Eulalie Corne, Gordon

Éd. Le Léopard Démasqué

155 p.

Dans ce neuvième tome, le capitaine Aiglefin est sur le point de perdre son Moulin Tsar qu’il a eu grâce à son héritage familial. Mais le notaire qui se présente au pas de sa porte est venu lui affirmer le contraire ! Ni une, ni deux, le capitaine part chercher l’acte de propriété… qui n’est plus là ! Quelqu’un l’a volé ! Et le majordome Archilbald Tringue a lui aussi disparu ! Ce dernier connaîtrait-il des choses à propos des ancêtres du capitaine ?

Aiglefin part donc à la recherche de ses ancêtres en fouillant de fond en comble son grenier. Et il va en faire des découvertes notamment à propos de sa grand-mère qui était une femme courageuse et forte. Son ami Saint-Tin et lui découvriront également un mystère qui se cache dans plusieurs poupées gigognes dispersées un peu partout. Il leur faudra les retrouver mais la tâche ne s’avère pas si aisée.

Aucune occasion pour nous de voyager vers un autre pays : nous restons à la propriété du capitaine Aiglefin ! Mais le carnet de bord d’Eulalie Corne nous transporte en arrière en 1917 sur une galère russe. Nous somme désormais en compagnie de marins russes totalement ivres… !

Il y a toujours autant d’humour dans ces romans ! Même si je dois avouer avoir trouvé beaucoup d’exclamations successives ou des jeux de mots que je ne comprenais pas toujours. Mais ça n’a pas gâché ma lecture pour autant. Je me suis régalée avec les nouveaux personnages truculents et aux noms farfelus ! Les descriptions que l’auteur en fait est vraiment originale et n’hésite surtout pas à accentuer les défauts !

« L’Ire noire » des Ires (Pauline Bonnefoi)

LirenoireLes aventures de Saint-Tin et son ami Lou, T7 : L’Ire noire, Pauline Bonnefoi

Éd. Le Léopard Démasqué

138 p.

Un monstre sème la terreur près des côtes écossaises ! Aucun bateau ne peut naviguer sur les eaux sous risque de se faire engloutir par le monstre marin. Ce dernier semble vouloir garder une île sombre et rocheuse loin de toute fréquentation.

Dernier drame en date : Ivan McBacon disparaît après l’attaque de la bête !

Quelle est cette créature qui effraie tous les pêcheurs et navigateurs ? Cacherait-elle quelque chose ?

Tandis que le professeur Margarine est déjà sur place à étudier de près le phénomène, Saint-Tin, Lou et le capitaine Aiglefin sautent dans le premier train pour le rejoindre. Les voilà sur les routes de l’Écosse : ambiance taverne, air marin et verre de whisky au programme. Ça promet ! Je m’étais vraiment crue en terre écossaise, avec l’air brumeux, le paysage vert, les quais… !

Et encore, il n’y a pas qu’un seul mystère mais bien deux ! Ce qui rend le roman intéressant et captivant. Un tueur de moutons, un certain « bestial killer » sévit dans le pays. Pourquoi commet-il ces atrocités ? Avec deux affaires à élucider, Saint-Tin joue sur deux tableaux.

Ce septième tome est également l’occasion pour nous de découvrir de nouveaux personnages drôles et surprenants : la tenancière de la taverne, le taxidermiste quelque peu étrange mais aussi Mr. et Mrs Moray, un vieux couple bien sympathique !

Ce roman est un concentré de bonne humeur et de bon humour ! On retrouve beaucoup de jeux de mots et des situations cocasses. Notamment avec certains personnages tels que Lou (qui est de loin mon préféré), le capitaine Aiglefin ou encore les désastreux agents secrets Yin et Yang…

La nouvelle aventure de Saint-Tin a été écrite cette fois-ci par Pauline Bonnefoi ! Son écriture ne m’a pas déçue et on reste toujours dans l’univers de Saint-Tin. Même si j’ai trouvé que sa plume est différente de celle de Gordon Zola, l’humour est toujours là. Donc, ne vous inquiétez pas : vous ne serez pas déçus ! Bref, une agréable lecture !