Aventuriers malgré eux T2 – C. Alexander London

aventuriersmalgreeux2Aventuriers malgré eux T2 : Un lézard, deux lamas, trop de cannibales, C. Alexander London

Éd. Les Grandes Personnes

336 p.

★★★★

Ne pas lire la chronique si vous n’avez pas lu le premier tome ! Il contient un tout petit spoiler !

À force de repousser sans cesse l’écriture de mes chroniques, j’en reviens à les faire de mémoire… avec un vague souvenir de l’histoire !

À la fin du premier tome des aventures des deux jeunes TV-addict, Célia et Oliver sont condamnés à passer toutes leurs prochaines vacances avec Sir Edmund, leur ennemi juré. Pour un tel sacrifice, leur père leur promet l’accès à toutes les chaînes télévisées grâce au câble.

Mais après certains événements, les jumeaux se voient obligés de repartir à l’aventure. Accompagnés cette fois-ci, et pas par n’importe qui ! Le célèbre Corey Brandt, qui n’est autre que leur idole. Moments drôles garantis ! Ils vont, encore, devoir sauver des personnes, défier des pièges et résoudre un grand mystère !

Ce deuxième volume est tout aussi génial et drôle que le précédent. Dans le premier tome, les jumeaux devaient se débrouiller en utilisant les connaissances acquises grâce aux émissions télévisées. En attaquant, ce roman-ci, j’avais peur que l’idée ne soit répétée. Ici, l’auteur ajoute un bonus : l’arrivée de la star Corey Brandt ! J’avais vraiment hâte de voir l’attitude de Célia et d’Oliver à côté de lui et ça promettait de très bons moments. Aussi, les péripéties s’enchaînent et ne manquent pas.

Toujours égaux à eux-mêmes, les deux héros rechignent à quitter leur confortable canapé. Mais face à l’urgence et aux dangers, ils sont pleins de ressources. Mais être habile ou ingénieux ne les intéresse pas pour un sou, seul importe la télévision ! Je dois vous dire que j’adore ces personnages, parce que j’ai toujours eu un faible pour les anti-héros.

J’ai beaucoup ri en lisant ce tome et j’ai hâte de lire la suite (qui m’attend chaudement dans ma bibliothèque !)

 

« Aventuriers malgré eux T1 », entre télévision et périples, il faut bien choisir ! – C. Alexander London

AventuriersmalgréeuxAventuriers malgré eux T1 : 1 yack, 2 yétis et 3 explorateurs, C. Alexander London

Éd. Les Grandes Personnes

330 p.

★★★★★

Les jumeaux Oliver et Celia Nombril, onze ans, n’ont pas de chance. Alors que leur seule passion dans la vie est de regarder la télévision, ils sont affligés de parents grands explorateurs qui passent leur temps en expédition aux quatre coins du monde. C’est donc bien malgré eux qu’ils vont se retrouver embarqués dans une aventure échevelée dans la chaîne himalayenne, à la recherche de leur mère, elle-même partie découvrir les tablettes perdues de la bibliothèque d’Alexandrie. Une aventure avec des méchants très méchants, un oracle, un yak qui délivre des prophéties cryptiques, une maman yéti et son petit, des sorcières empoisonneuses et toutes sortes de rebondissements. C’est en soupirant et en grommelant que nos deux héros affrontent les dangers les plus extravagants, et il leur faudra faire appel à toutes leurs connaissances des soap operas et émissions débiles pour s’en sortir…

Ce roman me faisait de l’œil depuis un bon bout de temps. Depuis le début, je m’étais jurée de l’acheter. Soit j’avais préféré acheter un autre livre qui me tentait également, soit je n’avais plus de sous. Ce qui fait que j’aurais pu me brosser pendant encore une belle lurette avant de découvrir ce roman. Quand je l’ai vu à la bibliothèque, j’ai beaucoup hésité. Je n’ai pas pu résister, je l’ai pris sous mon bras. Tant pis, s’il me plaît je l’ajouterai à la liste de livres que je dois me procurer coûte que coûte.

Comme j’adore les histoires avec des gamins touchants – ou dans ce cas-là des mioches délirants ce qui est mille fois mieux –, je n’ai du tout été déçue. Oliver et Célia sont des jumeaux dont la passion commune est la télévision ! Alors que leurs parents sont des explorateurs parcourant le monde, eux ne jurent que par les programmes TV en tous genres. Cela fait un moment que leur mère a disparu alors qu’elle tentait de retrouver les tablettes perdues de la bibliothèque d’Alexandrie. Suite à un pari, les jumeaux ainsi que leur père doivent partir à sa recherche : à l’autre bout du monde ! Au plus grand désespoir des deux enfants bien évidemment. Mais ce n’est pas tout, un complot est derrière tout cela et les jumeaux vont devoir jouer de leur ruse pour s’en sortir.

Le début du roman débute avec une belle vision des jumeaux complètement affalés sur leur canapé devant leur télévision. On découvre où ils habitent : à New York, dans un immeuble original et majestueux qui abrite l’organisation des explorateurs. On a clairement à faire à des anti-héros ! Déjà, ils n’aiment pas l’aventure et les voyages mais sont en plus friands d’émissions télé-réalité débiles comme on peut en trouver de nos jours dans nos petits écrans. Ce qui est drôle c’est qu’ils n’ont pas honte de dire ce qu’ils aiment regarder.

Malheureusement, et pour notre plus grande joie, Oliver et Celia ne vont pas rester avachis sur leur canapé pendant tout le roman ! On va découvrir comment ils se débrouillent devant des situations urgentes et c’est ça qui est délirant. On se retrouve à l’autre du monde, au Tibet. Dépaysement assuré ! En plein milieu des montagnes enneigées, les jumeaux vont rencontrer lors de leur périple de nombreux obstacles : des yétis, des sorcières empoisonneuses et des méchants ! Leur seul indice pour parvenir à leurs fins : un yak qui délivre une prophétie plus qu’étrange mais que seuls ceux qui connaissent la télévision du bout des doigts comprendront… ! Mais aussi, pour résoudre les difficultés qu’ils rencontrent, ils vont utiliser leur références télévisées : bricolage, décoration, et j’en passe. Même s’ils sont abrutis par la télévisions, ils ne sont pas bêtes ces mouflets en fin de compte ! J’ai beaucoup ri à ces moments là. Et bien sûr, je n’ai pas pu m’empêcher de m’attacher à ces deux personnages tellement sympathiques, hilarants et grognons à la fois.

J’ai passé un bon moment avec le premier tome de la saga qui est à mon avis un roman jeunesse vraiment génial. Très agréable à lire, il y a de l’action, des situations comiques et des répliques cinglantes – des jumeaux évidemment. Le dénouement n’est pas du tout prévisible, ce qui fait qu’on a hâte de lire la suite ! Que va-t-il arriver à nos deux petits Nombrils ?

« Velvet », comme un doux murmure venu de l’au-delà… (Mary Hooper)

VelvetVelvet, Mary Hooper

Éd. Les Grandes Personnes

313 p.

Coupdecoeur

 

 

 

C’est la deuxième fois, après Waterloo Necropolis, que j’ai un coup de coeur pour le roman de Mary Hooper !

Toujours dans l’ambiance historique du vieux Londres des années 1900, Velvet une blanchisseuse parvient tant bien que mal à vivre au jour le jour. Malgré son acharnement au travail, la jeune fille vit dans la pauvreté et la misère… Jusqu’au jour où elle se voit attribuer les vêtements d’une élégante dame. Et pas n’importe laquelle : Madame Savoya, un très célèbre et riche médium ! Grâce au travail impeccable et minutieux de l’employée, la voyante lui propose alors une place chez elle. Velvet va alors découvrir un autre monde, celui du spiritisme. Là où les vivants écoutent les morts mais elle n’est pas près de se douter que le danger qui la guette ne provient pas de l’au-delà !

C’est toujours un vrai régal de lire les romans de cette auteure ! En effet, elle manie avec brio le fond historique qui est l’Angleterre au XXe siècle. Les descriptions nous transportent loin en arrière, comme si on y était. À chaque fois que je la lis, je voyage dans le temps. C’est une écriture très agréable à lire et qui transmet des émotions assez facilement.

On découvre au début le quotidien misérable d’une jeune fille qui a tout perdu mais qui ne perd pas espoir. Nouvelle identité, nouvelle vie, elle veut se donner les moyens de réussir et avoir un avenir hors du commun. Elle ne se voit pas mariée et avoir un schéma de vie habituel mais voit son futur en grand. C’est pourquoi elle tente de mettre toutes ses chances de son côté en s’acharnant et en s’appliquant au travail. Ses efforts seront payés puisqu’elle se verra embauchée par le médium en vogue de Londres. C’est le début d’une nouvelle vie et de nouvelles aventures…

J’ai trouvé que les personnages étaient vraiment réalistes , et tout ont des choses à cacher. Je me suis beaucoup attachée à Velvet, un personnage plein de sagesse et de valeur et qui inspire de la sympathie. Contrairement aux héroïnes de certains romans à la « mode », Velvet est une fille tout en modération avec une touche de finesse et un soupçon d’élégance. Malgré son tempérament calme, Velvet a de l’ambition et est déterminée. Elle a vraiment tout pour plaire malgré certains moments où j’ai trouvé qu’elle était un peu superficielle…

Les jolies parures occupent une petite place dans le roman. Les vêtements et accessoires sont riches en descriptions : les matières, les ornements, les coutures, les couleurs, etc tout y passe de façon à ce qu’on puisse facilement imaginer ce que les personnages portent. On imagine alors des pièces élégantes et soyeuses. Un régal !

Une grande partie du roman est consacrée aux séances de spiritisme de Madame Savoya qui sont découpés en chapitres. On découvre ainsi ses différents clients mais également le mode de fonctionnement de la voyante. Comment elle fait pour communiquer avec l’au-delà. Est-ce un vrai don ou une mascarade ? Seule la lecture vous le dira… Le seul bémol que j’ai pu remarquer a été les séances de Madame, un peu trop nombreuses à mon goût mais je pense qu’elles étaient nécessaires pour comprendre le fonctionnement de ce cher médium.

Ce qui m’a le plus plu dans ce livre a été sa chute et son dénouement. De fil en aiguille on découvre la vérité qui devient de plus en plus évidente. Pour ainsi dire, on ne s’y attend pas du tout : quelle surprise ! Décidément, le thème de la manipulation est récurrente chez Mary Hooper et j’aime beaucoup ! Encore une lecture qui ne m’a pas déçue !

muti2copie