« Ghostgirl », être un fantôme et avoir des pouvoirs? Pourquoi pas! (Tonya Hurley)

Ghostgirl, Tonya Hurley

Éd. Plon Jeunesse

326 p.

Résumé:

C’est totalement métamorphosée que Charlotte arrive au lycée pour le jour de la rentrée. Décidée à ne plus être invisible comme avant, elle veut tout faire pour attirer l’attention des élèves et ainsi capter le regard de Damen, le garçon qu’elle convoite depuis bien longtemps. Malheureusement, un accident vient tout chambouler: sa propre mort! En passant de l’autré côté, elle découvre un autre monde, celui des morts. En effet, en rejoignant ce monde, Charlotte doit parvenir à résoudre son problème pour pouvoir être libérée et aller dans l’au-délà. Sauf Charlotte ne souhaite pas abandonner son ancienne vie. Jusqu’à ce qu’elle ne se rende compte qu’elle peut être vue par une personne en particulier et qui n’est autre que la soeur de son ennemie jurée (et petite amie de Damen), Scarlet. Charlotte va donc tenter de se mêler au monde des vivants malgré les interdits. Elle va ainsi essayer de s’approcher de Damen…

Mon avis:

A début du roman, j’ai été séduite par le personnage de Charlotte. Un fille audacieuse malgré sa banalité et sa transparence: elle a décidé de faire des efforts et tout changer. Mais j’ai vite déchanté, son personnage n’est qu’égoïsme, elle ne pense clairement qu’à elle et ses propres intérêts. Au lieu de soutenir ses camarades du monde des morts, elle préfère les laisser en plan pour aller dans le monde des vivants pour approcher Damen.

En lisant ce livre, j’ai cru apercevoir une pâle copie des séries américaines qu’on voit partout. L’histoire est bourrée de clichés: Pétula, la petite amie de Damen et fille populaire du lycée mais néanmoins pouffe; Damen qui fait parti de l’équipe sportive; les deux Wendy, accolytes de Pétula et aussi bête l’une que l’autre;  Scarlet, la fille au look gothique et soeur de Pétula et j’en passe…

On est clairement plongé dans un univers adolescent qui m’a franchement navrée. L’univers du lycée n’est que superficialité, tout le monde veut être populaire ou bien tout le monde copie ce qui est le plus en vogue. A part la pointe d’originalité du roman – soit le surnaturel avec Charlotte et ses camarades morts – j’ai trouvé le tout bien fade. Le livre se lit bien, certes, mais sans passion. On n’est pas pris dans l’intrigue.

Je n’ai pas trop aimé ce livre, un peu trop banal et jeune à mon goût. Il me semble qu’il existe une suite. Mais non merci, sans façon!